logo
twitter

Actualités

T’as changé de tee-shirt ?

Lunchtime onboard the "Mar Mostro." PUMA Ocean Racing powered by BERG ©Amory Ross/PUMA Ocean Racing/Volvo Ocean Race
Lunchtime onboard the "Mar Mostro." PUMA Ocean Racing powered by BERG ©Amory Ross/PUMA Ocean Racing/Volvo Ocean Race

Prenez un bateau et 11 marins. Faites macérer pendant une semaine à 40 degrés de température moyenne. Ne changez pas de vêtement avant plusieurs jours. Le résultat ? Personne ne sait le décrire comme Ken Read, skipper de PUMA Ocean Racing.

"

La chaleur à l’intérieur et sur le pont nous rend tous un peu crades. OK, c’est l’euphémisme du siècle. On pue. Mais vous savez quoi ? On pue tous ensemble."



Par Ken Read, skipper, PUMA Ocean Racing powered by BERG



D’abord, je dois m’excuser. Je viens de relire mon dernier blog et c’était le texte le plus ennuyeux jamais écrit – désolé pour ça. J’espère ne pas avoir forcé trop d’entre vous à allumer la télé. Aujourd’hui, je vais faire un effort. Et je dois vous avouer une révélation : je viens de changer de vêtement. 


Attendez, attendez ! Ne changez pas encore de page. Écoutez moi. 

Comme vous le savez tous maintenant, on l’a suffisamment dit, nous quittons les pontons avec une quantité de vêtements limitée. Probablement plus encore pour cette étape, puisqu’on s’attendait à ce qu’il fasse chaud. C’est sûr, on n’avait pas besoin de grand-chose. L’étape ne nous déçoit pas. 



La chaleur à l’intérieur et sur le pont nous rend tous un peu crades. OK, c’est l’euphémisme du siècle. On pue. Mais vous savez quoi ? On pue tous ensemble. La plus grosse erreur à faire, c’est de vous laver pour de bon, de mettre du déodorant et de vous faire beau, parce qu’alors vous sentez à quel point les autres puent et à quel point c’est horrible à l’intérieur. C’est le pire. C’est bien plus acceptable si on pue tous ensemble. 



Je m’égare. Ce que je veux dire, c’est qu’avec des options vestimentaires aussi limitées, changer de tenue et planifier ce changement est vraiment important. 

Bien sûr, ces derniers jours, j’ai rincé une douzaine de fois mon tee-shirt trempé de sueur et j’ai presque réussi à me convaincre que ce n’était pas si mal. Jusqu’à ce que je regarde attentivement le tee-shirt gris avec un gros chat sur le devant et que je réalise qu’il n’était plus vraiment gris. Il est beige marronnasse, et aussi raide qu’une planche. 

Si je le pose, il pourrait probablement marcher. Vraiment pourri. Et assez inconfortable, même si vous ne vous en rendez compte qu’une fois un tee-shirt propre enfilé. Le maillage ouvert de ces tissus respirants n’est plus tout à fait ouvert. Un sérieux problème pour les vêtements modernes actifs. 



Les shorts et les caleçons tiennent aussi debout. Pour de vrai. J’ai dû physiquement tordre mon short en le retirant pour dormir ou il tenait sur ses deux jambes. 



J’ajoute que ce sont de très bons shorts. Un nouveau modèle pour la voile qu’on a pensé avec PUMA pour cette course, ils sont fantastiques. Très peu d’odeur après une longue période, et le derrière est étanche. Mais bon bref, le short était dégueu. 



J’ai donc pris ma décision. Ce soir, c’est le moment. Je change de vêtement aujourd’hui. Je change tout, c’est décidé. Car pourquoi changer partiellement ? Ce serait comme avoir une fête en haut et un enterrement en bas. Aucun sens. 



Et quel changement. Eureka ! Une expérience géniale. Un petit rinçage avec une poignée d’eau douce et voilà ! Mes nouveaux vêtements sont un peu plus grands que la dernière fois que je les ai enfilés, mais quelle sensation. Comme une couche de vase qu’on m’aurait retirée. 

Même sans douche, c’est comme si j’étais entré dans un tout nouveau monde. Sans vase, ou presque. Pas aussi raide, et plutôt joli. 

Le choix de la tenue était simple. Un autre tee-shirt respirant gris PUMA et un de ces nouveaux shorts PUMA, qui sont fantastiques (petite pub). 

Aujourd’hui est un jour dont je me souviendrai longtemps. Vous savez, ces petites choses de la vie … 



Le mot se répand autour du bateau qu’un change de vêtement peut changer votre vie et la plupart des gars y croient. Ce qui est bien. 



Une chose est sûre. Aussi mauvaise que soit l’odeur à bord, on vit dans un lit de fleurs comparé au petit bateau de pêche indonésien qui vient de passer sous notre vent. Un mélange d’un mois de curry, de poisson et d’odeur corporelle n’est jamais agréable, même au large. De quoi considérer notre situation avec un regard plus positif. 



Kenny


wait
Imprimante enveloppe partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur LinkedIn partager sur Viadeo partager sur Delicious

Afficher toute la rubrique


Journal Lorient-La Base

Visuel journal Lorient-La Base

Émission animée tous les jours en direct à 18h par le journaliste-navigateur Pierre-Yves Lautrou

Partenaires institutionnels

Lorient Agglomération

Conseil Général du Morbihan

Région Bretagne

La Ville de Lorient

Prestataires officiels

  • Veolia
  • Azimut
  • Inter Pôle
  • Lori SI

Bretagne Business Club

logo Bretagne Business Club

Suivi de la course

>voir la cartographie

Partagez l'info

Imprimante enveloppe partager sur Facebook partager sur Twitter partager sur LinkedIn partager sur Viadeo partager sur Delicious

Participez au jeu virtuel

The Game

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter

Vol Lorient - Porto
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Kit pédagogique

Télécharger le kit pédagogique
©2011-2019 Azimut Communication - Création sites internet & Bornes interactives
mentions légales  |  plan du site  |  flux RSS  |  Nous contacter